La souffrance au travail comment éviter la détresse psychologique ?

La souffrance au travail comment éviter la détresse psychologique ?
Depuis les suicides survenus au sein des sociétés Orange et France-telecom, la prise en charge des risques psychosociaux par les pouvoirs publics est en hausse. Des enquêtes réalisées par des experts ont permis de chiffrer les souffrances au travail. Ainsi, le Cabinet Technologia avait estimé, dans son étude paru en 2014, que 3,2 millions d’actifs sont susceptibles d’être victimes d’un burn out professionnel.  
 
En outre, une étude publiée par l’Assurance Maladie en 2018 indiquait que 1.6% des arrêts de travail en 2016 étaient la conséquence d’affections psychiques, contre 1% en 2011, et que ces arrêts de travail coûteraient entre 1,9 et 3 milliards d’euros du fait de l’absentéisme, de la cessation d’activité voire des décès résultant des souffrances au travail. La pandémie liée au COVID-19 aurait accentué les phénomènes de souffrance au travail en ce qu’un an après le début de la pandémie, 44% des salariés seraient en situation de “détresse psychologique”, selon le dernier baromètre OpinionWay. Le taux de dépression nécessitant un accompagnement serait quant à lui de 36%. Les cadres, les télétravailleurs et les femmes seraient les plus touchés par cette souffrance au travail.
 
Maître Johan ZENOU expert en droit du travail, dresse un point sur les souffrances au travail.

 
I) Définition des souffrances au travail
 
Les risques psychosociaux correspondent aux « risques pour la santé mentale, physique et sociale engendrés par les conditions d'emploi et les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d'interagir avec le fonctionnement mental »
 
A la fin de l’année 2008, le Ministère du travail sollicitait qu’une expertise de l’INSEE soit réalisée afin de mesurer les souffrances au travail. Selon l’Institut, six facteurs permettent de mesurer les risques psychosociaux :
 
- les exigences du travail (quantitative ou complexité du travail) ;
- les exigences émotionnelles ;
- le manque d'autonomie et de marges de manœuvre ;
- la mauvaise qualité des relations au travail ;
- les conflits de valeur (comme les problèmes d'éthique, de conscience professionnelle) ;
- l'insécurité de l'emploi et de la carrière.
 
Ainsi, on regroupe sous le terme « risques psychosociaux » les phénomènes suivants :
 
- Le stress ;
 
- Les violences physiques et psychologiques ;
 
- Le harcèlement sexuel ou moral ;
 
- Les situations de mal-être et de souffrance au travail ;
 
- Le burn-out (reconnu par l’OIT dans sa onzième révision de la classification internationale des maladies entrée en vigueur en janvier 2022, défini comme un « syndrome résultant d’un stress professionnel chronique qui n’a pas été géré avec succès ») ;
 
- Les pathologies post-traumatiques liées à des d'événements traumatisants.

 
II) Moyens de lutte contre les risques psychosociaux
 
L’employeur est tenu à une obligation de sécurité de moyens renforcée (Cass.soc., 25 novembre 2015 n°14-24,444 ; Cass.soc., 1er juin 2016 n°14-19,702), et doit en conséquence, protéger la santé physique et mentale de ses salariés conformément à l’article L.4121-1 du Code du travail. Il doit donc prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir des risques, et notamment pour prévenir du harcèlement moral (article L1152-4 Code du travail). Ainsi, s’il n’est pas l’auteur du risque, il peut prononcer une sanction disciplinaire à l’égard de l’auteur du harcèlement moral (article L.1152-5 Code du travail).
 
Au titre de son obligation de prévention, les risques psychosociaux (RPS) doivent être évalués dans le document unique d’évaluation des risques. Mais, l’employeur n’est pas le seul compétent pour agir en matière de prévention des risques, le médecin du travail et le CSE ont un rôle en la matière.
 
Le médecin du travail peut être saisi par tout salarié qui le souhaite ou par l'employeur pour toute question concernant les risques psychosociaux. Il conseille l'employeur concernant l'évaluation des risques professionnels, notamment sur les risques psychosociaux. Il peut ainsi alimenter la fiche d'entreprise d'évaluation des risques professionnels ainsi que le rapport annuel d'activité en matière de RPS (art. R. 4624-42, à R. 4624-45  du Code du travail).
 
L'article L.4624-3 du Code du travail permet au médecin du travail de proposer par écrit « des mesures individuelles d'aménagement, d'adaptation ou de transformation du poste de travail ou des mesures d'aménagement du temps de travail justifiées par des considérations relatives notamment à l'âge ou à l'état de santé physique et mental du travailleur ». Le médecin du travail est dans cette hypothèse, tenu au secret médical (article L.1110-4 et R.4127-4 du Code de la santé publique). Selon les hypothèses, il pourra rendre un avis d’inaptitude ou procéder à une alerte à l’employeur de la situation délétère de l’entreprise.
 
Le CSE peut quant à lui, mener une enquête en matière d’accident du travail et de maladie professionnelle, et peut saisir l’inspection du travail en cas de manquement de l’employeur à ses obligations légales (article L.2312-5 Code du travail). Il doit également procéder à l'analyse des risques professionnels physiques auxquels peuvent être exposés les travailleurs (article L.4161-1 Code du travail), quand il l’estime utile, le CSE peut proposer des actions de prévention du harcèlement moral ou sexuel et des agissements sexistes. Le refus de l'employeur de mettre en œuvre ces initiatives doit être motivé (article L.2312-9 Code du travail). Le CSE peut encore procéder à une alerte pour atteinte aux droits des personnes (article L.2312 et L 2312-59 Code du travail) ou pour danger grave et imminent (article L.2312-62 Code du travail). Les représentants du personnel au CSE doivent donc bénéficier d'une formation adéquate (article L 4523-11 Code du travail).
 
III) La reconnaissance des risques psychosociaux comme AT/MP
 
Les risques psychosociaux peuvent être constitutifs d’un accident du travail, lorsque « quelle qu'en soit la cause, l'accident survenu par le fait ou à l'occasion du travail à toute personne salariée ou travaillant, à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou chefs d'entreprise » (Article L411-1 Code de la sécurité sociale).
 
Ainsi, l'arrêt de travail résultant d’une dépression qui présente un caractère soudain car elle est apparue à la suite d'un entretien professionnel avec un supérieur hiérarchique, s'analyse comme un accident du travail (Cass. 2e civ., 1er juill. 2003, n°02-30.576). Également, selon la Cour de Cassation, le suicide d’un salarié intervenant dans les locaux de l'entreprise en raison des pressions psychologiques exercées par la direction est un accident de travail (TASS Épinal, 28 févr. 2000, RPDS 2000, n°663, p. 215 ; Cass.soc. 14 févr. 2019, n°18-11.450).
 
De la même manière, le salarié qui se suiciderait en dehors de l’entreprise est un accident du travail car « l’accident qui se produit à un moment où le salarié ne se trouve plus sous la subordination de l'employeur constitue un accident du travail dès lors que le salarié établit qu'il est survenu par le fait du travail » (Cass.Civ.2ème, 22 février 2007, n°05-13771).
 
Toutefois, les RPS n'entrent pas dans les tableaux de maladies professionnelles (article R.461-3 CSS). Pour que le caractère professionnel de la maladie soit reconnu, le comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) doit être saisi et doit vérifier s'il existe un lien direct et essentiel entre l’affection et les conditions de travail (article L.461-1 CSS). Pour pouvoir saisir le CRRMP, le médecin-conseil de la CPAM doit reconnaître un taux d'incapacité permanente prévisible au moins égal à 25%, mais il appartient à la CPAM la décision de transmettre un dossier au CRRMP (article D.461-30 CSS).
 
Le décret du 7 juin 2016 n°2016-756 adapte la composition du CRRMP aux pathologies psychiques permettant au professeur des universités-praticien hospitalier ou au praticien hospitalier qui siège habituellement au sein du comité, d’être remplacé par un professeur des universités-praticien hospitalier spécialisé en psychiatrie (article D.461-27 CSS). De plus, le médecin-conseil ou le comité fait appel, chaque fois qu'il l'estime utile, à l'avis d'un médecin spécialiste ou compétent en psychiatrie pour les pathologies psychiques. Ainsi, ce décret facilite notamment la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle.
 
Le CRRMP se prononce à partir des documents venant du médecin-conseil de la CPAM chargé de l'instruction du dossier, des documents issus de l'enquête administrative de l'organisme de sécurité sociale, des documents provenant du demandeur ou de l'employeur, et enfin, des documents provenant du médecin du travail.

 
IV) L’indemnisation en cas de reconnaissance de l’AT/MP
 
L'indemnisation du salarié victime de tels risques pris en charge au titre de la législation AT/MP est de nature forfaitaire, et percevra des indemnités journalières en cas d'incapacité temporaire de travail, ou une rente (une indemnité en capital est versée lorsque le taux d'incapacité permanente est inférieur à 10%) dans le cas où subsiste une incapacité permanente partielle ou totale.
 
Si l'accident ou la maladie professionnelle entraîne la mort du salarié, sa famille perçoit une rente en tant qu’ayants droit. L'indemnisation des dommages résultant d'un accident du travail, qu'il soit ou non la conséquence d'un manquement de l'employeur à son obligation de sécurité, relève de la compétence exclusive du pôle social du tribunal judiciaire. La juridiction prud'homale est quant à elle compétente pour statuer sur le bien-fondé de la rupture du contrat de travail et pour allouer le cas échéant, une indemnisation au titre d'un licenciement sans cause réelle et sérieuse (Cass.soc. 6 février 2019, n°17-20.625 ; Cass.soc. 3 mai 2018, n°16-18.116).
 
Ainsi, dès lors que les faits de harcèlement moral imputables à une collègue de travail ont été reconnus comme accident du travail, l'indemnisation du préjudice subi par la salariée à la suite de cet accident relève de la compétence exclusive du tribunal judiciaire. En revanche, les faits de harcèlement moral imputés à son supérieur hiérarchique n'étant pas en lien avec l'accident du travail, la demande d'indemnisation du préjudice allégué par la salariée à la suite des agissements de ce dernier relève bien de la compétence du Conseil de prud'hommes. (Limoges, 7 janvier 2019, RG n°17/01264).
 
Une indemnisation complémentaire peut être allouée au salarié ou à ses ayants droits en cas de faute inexcusable de l’employeur. Celle-ci est alors versée par la CPAM (article L.452-1 CSS) pour majorer le taux de rente lorsqu’une rente est attribuée et elle peut permettre l’indemnisation de certains préjudices dont une liste non-limitative est fixée à l’article L.452-3 du CSS.
 
Il appartient alors à la victime de prouver que l'employeur avait ou aurait dû avoir conscience du danger auquel elle était exposée, mais qu’il n'a pas pris les mesures nécessaires pour l'en préserver (Civ.2e, 8 juillet 2004, n°02-30.984 ; Civ.2e, 14 décembre 2004, n°03-30.208). Peu important que la faute inexcusable commise par l'employeur ait été la cause déterminante de l'accident survenu au salarié, il suffit qu'elle en soit une cause nécessaire pour que la responsabilité de l'employeur soit engagée, alors même que d'autres fautes auraient concouru au dommage (Civ. 2e, 12 juillet 2007, n°06-16.748 ; Cass., ass.plén., 24 juin 2005, n°03-30.038).
 
En revanche, le préjudice d’anxiété est réparable uniquement pour les salariés exposés à l’amiante. Il convient de préciser que depuis le 1er juillet 2018, la victime d’une maladie professionnelle est indemnisée à compter de la date de la première constatation médicale de la maladie, sans que la date de début de l’indemnisation ne puisse remonter au-delà de 2 ans avant la déclaration de la maladie professionnelle adressée par le salarié à la CPAM (article 44 LFSS pour 2018).
 
Ainsi, que vous soyez employeur ou salarié, si vous faites face à des risques psychosociaux sur votre lieu de travail, le Cabinet ZENOU expert en droit social, situé à Paris 20ème vous écoutera et vous conseillera pour faire valoir vos droits.

Ces articles pourraient vous intéresser…

Requalification de l'auto entrepreneur en salarié
06

Jan

Requalification de l'auto entrepreneur en salarié

Si vous êtes auto-entrepreneur et que vous exercez en freelance pour plusieurs entreprises, faites attention à la requalification de votre situation d’indépendant. En tant qu’auto-entrepreneur, vous jouissez d&rsquo...

Tout savoir sur les droits et les obligations de l’auto-entrepreneur
06

Jan

Tout savoir sur les droits et les obligations de l’auto-entrepreneur

Le statut d’auto-entrepreneur séduit de plus en plus de français, aussi bien à titre d’activité complète que partielle. Ce régime se caractérise essentiellement par la simplification des d&...

Quelles sont les conséquences des opérations de délestage pour les entreprises au bénéfice de leurs salariés ?
19

Déc

Quelles sont les conséquences des opérations de délestage pour les entreprises au bénéfice de leurs salariés ?

Cet hiver en France, la vague de froid pourrait entrainer des flux tendus sur le réseau électrique, ce qui pourrait occasionner un délestage. Le délestage de consommation consiste, d’après le gestionnaire de r...

RÉALISATION DE VOS DOCUMENTS LÉGAUX

Faites réaliser tous vos documents juridiques par un professionnel...

EN SAVOIR PLUS...